Collège des massothérapeutes du Nouveau-Brunswick

Mis à jour COVID-19

24 mars 2020

24 mars 2020

Mis à jour 24 mars 2020

Membres du CMTNB,

Le jeudi 19 mars 2020, la province du Nouveau-Brunswick a déclaré l'état d'urgence afin d’essayer d'arrêter la propagation du COVID-19. Depuis lors, le CMTNB est en contact avec les autorités provinciales et a consulté à l'interne pour assurer l'interprétation et l'application appropriées de l'ordonnance d'urgence de la province.

Cette mise à jour vise à confirmer à tous les membres que, conformément à l'ordonnance d'urgence de la province, les MTA ne sont pas autorisés à fournir des services de massothérapie jusqu'à nouvel ordre.

Le paragraphe 5 de l'ordonnance d'urgence stipule: Tous les prestataires de services de santé réglementés cesseront leurs activités à moins que les services à fournir ne concernent des soins de santés essentielles ou une situation de soins de santé d'urgence.

Le vendredi 20 mars, la province a publié une clarification à son ordonnance d'urgence, qui précisait que les «fournisseurs de services de santé réglementés» visés au paragraphe 5 de l'arrêté sont définis comme suit: «technologues en cardiologie, chiropraticiens, hygiénistes dentaires, techniciens dentaires, dentistes, denturologistes, diététiciens, thérapeutes de counseling autorisés, infirmières auxiliaires autorisées, massothérapeutes, techniciens de laboratoire médical, techniciens en radiation médicale, sages-femmes, infirmières et infirmières praticiennes, ergothérapeutes, opticiens, optométristes, paramédicaux, médecins et chirurgiens, assistants médicaux, physiothérapeutes, podiatres, psychologues, inhalothérapeutes, travailleurs sociaux, orthophonistes et audiologistes. "

L'exception au paragraphe 5 de l'ordonnance d'urgence autorisant les << soins de santé essentiels ou les soins de santé d'urgence >> vise à donner aux médecins, infirmières et autres professionnels de santé de première ligne, dans la lutte contre le COVID-19, la possibilité de continuer à traiter. L'intention de l'Ordre n'est pas de demander aux MTA de continuer à fournir des services de massothérapie, mais de limiter toutes les interactions en personne afin de ralentir la propagation du virus. Cette interprétation a été confirmée par la liaison du CMTNB au ministère de la Santé.

La massothérapie n'est pas un service de <<soins de santé essentiels ou d'urgence>> dans le contexte de cette pandémie. Bien que la massothérapie présente de nombreux avantages pour la santé, les traitements de massothérapie ne réduisent pas la charge sur les salles d'urgence ou ne traitent pas les urgences immédiates liées à la santé, et ne relèvent donc pas de l'exception des services de soins de santé essentiels ou d'urgence en vertu du paragraphe 5 de l'ordonnance d'urgence.

Tout traitement par MTA à ce stade présente un risque élevé de contracter et de transmettre le COVID-19 aux patients quelles que soient les procédures d'hygiène et les précautions qu'ils prennent, en raison du contact étroit prolongé requis. Il en résulte un risque accru de propagation inutile du virus au sein de la population. Un MTA peut transmettre COVID-19 à de nombreuses autres personnes avant de présenter des symptômes. Ces personnes peuvent être à risque ou en contact étroit avec les populations à risque. Ces personnes peuvent transmettre le virus sans le savoir à d'autres personnes lorsqu'elles sont asymptomatiques. Les risques de continuer à pratiquer à ce moment peuvent être graves et étendus.

Par conséquent, le CMTNB est d'avis que tous les MTA doivent cesser d'exercer immédiatement et jusqu'à nouvel ordre afin de se conformer à l'ordonnance d'urgence.

Le CMTNB est responsable de l'exécution de l'ordonnance d'urgence en ce qui concerne les MTA. Si le CMTNB apprend que des membres continuent d'exercer en contravention à l'ordonnance d'urgence, elle les dénoncera au ministère de la Santé, qui pourrait être passible d'amendes et d'autres sanctions en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence.

De plus, le conseil d'administration du CMTNB est d'avis que tout membre qui continue de pratiquer en contravention à l'ordonnance d'urgence commettra une faute professionnelle au sens de l'article 31 de la Loi sur la massothérapie. Tout membre qui continue d'exercer pendant la durée de l'ordonnance d'urgence peut être poursuivi par le CMTNB pour faute professionnelle.

Nous remercions tous les MTA pour leur compréhension et leur patience durant cette période difficile. Nous continuons de travailler en étroite collaboration avec les autorités provinciales pour recevoir des mises à jour régulières de la situation actuelle et informerons les membres lorsque les circonstances changeront.  

20 mars 2020

20 mars 2020

Le 20 mars, 2020

Membres du CMTNB,

Le ministère de la Santé et le Cabinet du Premier ministre ont tenu une conférence de presse le jeudi 19 mars 2020, date à laquelle un état d'urgence provincial a été déclaré en réponse à COVID-19.

La directive du gouvernement provincial stipule que «Tous les fournisseurs de services de santé réglementés cesseront leurs activités à moins que les services fournis ne visent des soins de santé essentiels ou à une situation urgente»

La massothérapie n'est pas considérée comme un service de soins de santé essentiel. Par conséquent, selon les directives du gouvernement provincial, les massothérapeutes accrédités du N.-B. cesseront leurs activités jusqu'à ce que l'état d'urgence soit levé.

Veuillez-vous référer au communiqué de presse ci-dessous.

Communiqué

Cabinet du premier ministre

RÉVISÉ / Déclaration de l’état d’urgence en réponse à la pandémie de COVID-19
19 mars 2020

FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial a déclaré l’état d’urgence, aujourd’hui, en vertu de l’article 12 de la Loi sur les mesures d’urgence afin d’améliorer les mesures visant à contenir la propagation de la COVID-19 (le nouveau coronavirus).

« La santé et le bien-être de tous les gens du Nouveau-Brunswick doit demeurer notre principale priorité », a affirmé le premier ministre, Blaine Higgs. « Avec le soutien de la médecin-hygiéniste en chef et du comité multipartite du Cabinet, nous adoptons cette mesure extraordinaire pour offrir davantage d’aide au secteur des soins de santé qui lutte contre la propagation de la COVID-19 dans la province. »

Par suite de cette déclaration d’état d’urgence :

  • Toutes les entreprises qui servent de la nourriture et des boissons pourront seulement offrir des repas pour emporter ou par service de livraison.
  • Tous les salons-bars et établissements spéciaux titulaires d’une licence en vertu de la Loi sur la réglementation des alcools cesseront d’admettre des clients.
  • Toutes les piscines, spas, saunas, parcs aquatiques, gymnases, studios de yoga, studios de danse, patinoires et arénas, terrains de tennis, terrains de soccer et de baseball, murs d’escalade, salles d’évasion (escape room), pentes de ski, terrains de golf, arcades, centres d’amusement, salles de billard, salons de quilles, casinos, cinémas, bibliothèques, musées, zoos, aquariums, salons de barbiers, salons de coiffure, fournisseurs de services d’esthétique, érablières, théâtres et autres salles de spectacles cesseront d’admettre les membres du public.
  • Les écoles, collèges, universités et écoles privées doivent fermer leurs portes aux élèves et étudiants. Les établissements qui ont des élèves ou étudiants en résidences peuvent leur permettre de demeurer dans les résidences jusqu’à ce que ce soit sécuritaire de retourner à la maison. Les cours en ligne peuvent se poursuivre.

Le premier ministre a réitéré que les activités de construction se poursuivent et qu’elles ne sont pas interdites par cette déclaration.

D’autres mesures prises en vertu de la déclaration d’état d’urgence comprennent ce qui suit :

  • Toutes les entreprises du secteur de la vente au détail cesseront d’admettre des clients, à l’exception des entreprises suivantes : les épiceries; les pharmacies; les garages de réparations; les bureaux de poste; les institutions financières et les établissements de crédit; les détaillants de carburant, les quincailleries et les détaillants de pièces pour véhicules automobiles; les dépanneurs; les fournisseurs de nourriture pour animaux et poissons; ainsi que les magasins de franchise et les magasins d’Alcool NB et de Cannabis NB. Toutes les entreprises qui doivent cesser d’admettre des clients sont autorisées à faire des ventes en ligne ou par téléphone, et à prendre des dispositions pour livrer les produits ou permettre aux gens de les récupérer.
  • Chaque personne dont le médecin recommande l’auto-isolement doit obéir.
  • Chaque personne qui a voyagé à l’extérieur du Canada doit s’auto-isoler à la maison pour une période de 14 jours suivant son retour au Canada, et si elle présente des symptômes de la COVID-19 durant cette période, elle doit demeurer en auto-isolement jusqu’à ce qu’elle ne présente plus de symptômes. Cette exigence ne s’applique pas aux personnes exemptées par la médecin-hygiéniste en chef.
  • Les propriétaires et exploitants de tout autre lieu dans lequel les gens peuvent se rassembler en grand nombre prendront toutes les mesures raisonnables pour prévenir les rassemblements de plus de 10 personnes.
  • Tous les fournisseurs de services de santé réglementés cesseront leurs activités à moins que les services fournis ne visent des soins de santé essentiels ou une situation urgente.
  • Tous les fournisseurs de services de santé non réglementés, à l’exception de ceux qui fournissent un soutien direct aux fournisseurs de soins de santé réglementés, doivent cesser leurs activités immédiatement.
  • Les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail et les organisateurs de toute activité prendront toutes les mesures raisonnables pour assurer des interactions minimales entre les gens en respectant une distance de deux mètres entre chaque personne, et pour transmettre les recommandations de la médecin-hygiéniste en chef en vue de réduire les risques.
  • Les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux fonctions essentielles, et ils prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour éviter que des personnes présentant des symptômes de la COVID-19 entre dans le lieu de travail, conformément aux recommandations émises par la médecin-hygiéniste en chef ou Travail sécuritaire NB. Ils prendront également toutes les mesures raisonnables nécessaires pour éviter que des gens qui ont voyagé à l’étranger au cours des 14 précédents entrent dans les lieux de travail.
  • Toutes les licences, immatriculations, certificats et permis émis par le gouvernement du Nouveau-Brunswick et qui étaient valides en date du 16 mars 2020 demeureront valides jusqu’au 31 mai 2020, à moins qu’ils ne soient suspendus par la cour ou par une autre instance en vertu d’une loi de la province.
  • Le droit des propriétaires d’immeubles, en vertu de l’article 19 de la Loi sur la location de locaux d’habitation, d’obliger les locataires à déménager en raison du non-paiement du loyer, et le pouvoir des médiateurs des loyers, en vertu de l’article 22 de cette loi, d’expulser des locataires pour la même raison, sont suspendus jusqu’au 31 mai 2020.

La déclaration est disponible en ligne..

« Cette déclaration nous donne les outils dont nous avons besoin pour assurer la sécurité des gens du Nouveau-Brunswick, a déclaré M. Higgs. Ce n’est pas une décision que nous avons prise à la légère. Nous sommes convaincus que cela permettra aux gens du Nouveau-Brunswick de prendre les mesures nécessaires. »

La province ne rapporte pas de nouveau cas présumé de COVID-19 aujourd’hui. Il y a toujours 11 cas au Nouveau-Brunswick : sept cas confirmés; et quatre cas présumés.

« Même si nous n’avons pas de nouveau cas aujourd’hui, nous savons qu’il y aura plus de cas de COVID-19 », a dit la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell.

Bruce Macfarlane, communications, ministère de la Santé, 506-476-1376.

18 mars 2020

18 mars 2020

18 mars 2020

En cette période de défi extrême pour les Néo-Brunswickois et notre système de santé, le Collège des massothérapeutes du Nouveau-Brunswick (CMTNB) reconnaît à quel point la pandémie de COVID-19 a été stressante pour les professionnels de la santé, et nous vous remercions pour le travail important que vous fassiez pour contribuer à la santé des Néo-Brunswickois.

Compte tenu de l'évolution récente de la pandémie et conformément à notre mandat de protéger le public, le CMTNB examine actuellement les questions reçues des massothérapeutes du Nouveau-Brunswick («MTA») et évalue la meilleure façon de protéger le public. CMTNB continuera de surveiller l'environnement actuel, mais pour le moment nous présentons les recommandations suivantes pour les MTA.

La sécurité publique est notre principale préoccupation. Il s'agit d'une question complexe qui appelle l'application des principes de santé publique à la pratique de la massothérapie. De plus, le CMTNB en tant qu'organisme de réglementation n'a pas le pouvoir légal d'ordonner aux MTA de cesser d'exercer. L’approche du CMTNB consiste à relayer et à suivre les conseils fournis par le médecin hygiéniste en chef provincial du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell. Le Collège est en contact avec le ministère de la Santé et attend de plus amples informations sur la façon dont notre profession devrait se dérouler.

Plusieurs provinces ont déclaré l'état d'urgence de santé publique, il est temps que les Néo-Brunswickois prennent des mesures pour protéger notre communauté avant que COVID 19 ne se propage et ne surcharge notre système de santé. C'est une préoccupation très sérieuse.

ce jour, toutes les directives gouvernementales ont souligné l'importance de l'éloignement social et de la fermeture des services non essentiels. Pour cette raison, et avec beaucoup de discussions et de débats, le conseil d'administration du Collège a décidé que le CMTNB recommande à tous les MTA de suivre les lignes directrices de deux mètres et de fermer leur pratique jusqu'à ce qu'il en soit autrement indiqué par Santé publique qu'il est sécuritaire pour retourner à la pratique.

Le gouvernement travaille sur des mesures visant à réduire la charge financière pour ceux qui sont préoccupés par l'impact financier que cela entraînera.

Le CMTNB estime qu'il s'agit d'une étape importante dans la protection de la santé des Néo-Brunswickois et s'aligne sur les recommandations de distanciation sociale formulées par le gouvernement du Nouveau-Brunswick et le gouvernement du Canada.

Il est extrêmement important que tout MTA qui traite des patients applique les pratiques suivantes pour aider à prévenir la transmission de COVID-19..

  • Entreprendre un filtrage actif et passif des clients - filtrer les clients par téléphone avant de planifier des rendez-vous et d'afficher les ressources GNB Coronavirus dans votre zone de réception en demandant aux clients présentant des symptômes de s'identifier. Veuillez noter: ce n'est pas une garantie que vous ne serez pas exposé ou ne mettrez pas d'autres personnes en danger. Une fois la propagation de la communauté trouvée, cette mesure ne sera plus efficace.
  • Pratiquer une pratique rigoureuse de prévention des infections (ressources ci-dessous).
  • Auto-isoler pendant 14 jours si vous avez récemment voyagé ou si vous avez été exposé à quelqu'un qui a récemment voyagé dans une zone où des cas sont actifs.
  • Restez à la maison si vous ressentez des symptômes. Veuillez noter: COVID 19 est infectieux jusqu'à 14 jours avant de présenter des symptômes. Toute personne que vous avez traitée avant de présenter des symptômes devra être informée qu'elle a été potentiellement exposée et doit s'isoler.

La situation évolue rapidement et CMTNB contactera les MTA si les conseils du gouvernement changent.

Nous encourageons les MTA à accéder aux sites web suivants pour obtenir les informations et les conseils les plus récents:

Les MTA doivent suivre les pratiques de prévention des infections à tout moment, dans tous les milieux de pratique.

Le CMTNB continuera de fournir des services au public et aux inscrits.

Merci encore pour votre engagement continu à aider le CMTNB à assurer la sécurité publique.

17 mars, 2020

17 mars, 2020

To/Dest. : Allied health professionals / Professionnels paramédicaux

From/Exp. : Dr. / Dre Jennifer Russell, Chief Medical Officer of Health / Médecin-hygiéniste en chef

Subject/Objet : COVID-19 Information / Information sur la COVID-19

La situation relative à la COVID-19 demeure très dynamique et évolue de façon quotidienne. La prise de mesures en matière de santé publique évolue au fur et à mesure que l'on continue d'évaluer la situation d'après les renseignements disponibles.

Les lignes directrices sont fondées sur les connaissances actuelles à propos du virus et des autres infections respiratoires virales. Pour obtenir des renseignements à jour, rendez-vous à la page Web du Bureau du médecin-hygiéniste en chef (BMHC) destinée aux professionnels de la santé et aux paramédicaux. On peut aussi trouver des renseignements généraux à jour sur la même page Web à la section Foire aux questions..De plus, l’Agence de la santé publique du Canada fournit des renseignements sur son site Web : Ce que les professionnels de la santé doivent savoir.

Le ministère de la Santé vous demande de bien vouloir communiquer ces renseignements à votre réseau de contacts.

Sincères salutations,

Dr. / Dre Jennifer Russell, BA, BSc, MD, CCFP
Chief Medical Officer of Health / Médecin-hygiéniste en chef

CMTNB logo